Articles avec #temoignages tag

VOS TEMOIGNAGES

Publié le par Le Réseauteur

Le « réseau », c’était il y a plus de 40 ans. Une génération est déjà passée et ce moyen particulier de communication n’existe plus aujourd’hui. Ce blog est donc l’unique témoignage de cette atmosphère très particulière et insoupçonnée que représentait "le Réseau". Si vous avez connu et utilisé "le réseau", cette page est la votre. N’hésitez pas à me contacter en cliquant en haut de la page sur "Contact". et j'éditerais, si vous le souhaitez, vos commentaires ou anecdotes sur cette page.

VOS TÉMOIGNAGES

SOUVENIRS..., SOUVENIRS ! Merci monsieur, de votre site qui me fait me remémorer cette époque disparue. J'avais une 20eme d'années, je débarquais à Paris où vivaient déjà mon frère et mon cousin. Ce dernier pouvait enfin vivre "au grand jour" son homosexualité et c'est lui qui, un soir, dans le grand appartement paternel, m'a fait découvrir "le réseau". Quelle émotion au moment de composer sur le cadran le dernier chiffre de ce numéro "magique"... Je tenais l'écouteur de l'appareil, mon cousin, plus hardi, le combiné. Cela tombait bien car ce qui m'a tout de suite emballée, c'est l'atmosphère sonore du réseau. Les paroles, bien sûr, mais surtout cette manière qu'avaient les 'appels' de se croiser comme des trains dans la nuit. Initiée, plus tard, j'ai recommencé. Il fallait attendre que mon parent soit couché (et surtout qu'il ne se réveille pas!!! Mon adorable père est hélas insomniaque... Que de frissons je lui dois... Je tirais donc le fil du téléphone jusqu'à la chambre de mon frère, quand il était absent, parti, lui, courir la gueuse, et je composais le numéro. Il y avait une Dominia qui me foutait la trouille et des hommes, peu téméraires (ou fous), qui laissaient leur adresse. Une me revient, dans le IVe. Allais-je jamais oser m'y rendre ? Que trouverais-je dans cet appartement où me conviait une voix happée dans le brouillard du réseau ? J'ai vite compris que l'essentiel n'était pas dans le fait "d'y aller" ou pas, mais dans l'initiation que m'offrait le réseau : reconnaître mes désirs dans ce foisonnement de propositions, saisir aux intonations des voix de quels désirs "l'autre" parlait... Je ne sais plus combien de temps a duré le réseau, (pouvez-vous me le dire si vous le savez ? Idem, je cherche vainement à retrouver les numéros, il y en avait de courts, comme 3133). Je me suis rendue une fois à un rendez-vous, dans la rue, (cela me semblait plus sûr...), et le souvenir que je garde de cette nuit est assez doux... mais n'atteindra jamais la force de ces soirées passées à 'apprendre" (je n'étais pas une vierge effarouchée, loin de là, mais je venais de comprendre clairement vers qui me menaient mes désirs, et ce n'était pas si simple...). le garçon était tout aussi timide que moi, un peu sonné de se retrouver devant la statue d'Henri IV en pleine nuit, face à une drôlesse inconnue... Il n'était pas plus expérimenté que moi. Ce fut ma seule expérience vécue. Peu à peu, j'ai moins appelé, je ne sais plus pourquoi... Et un jour, j'ai appris qu'il existait un autre réseau, tarifé celui-ci..., bien moins attirant. Longtemps après, j'ai parlé à des amis du réseau, mais personne ne s'en souvenait (menteurs ?). Seul mon cousin s'est rappelé ces soirées. Et les émotions ressenties... Un jour, je suis tombée par hasard sur un film joué entre autres par Laurent Lucas qui met en scène justement le réseau ; il est musicien et,découvrant par hasard, le réseau, décide d'en faire une œuvre (en même temps qu'il noue une relation anonyme avec une femme). Je crois qu'il s'agit de "Les Invisibles", de Thierry Jousse (avec Lio et Michael Lonsdale), mais le film est d'un intello, trop cérébral et on ne retrouve que peu les émotions ressenties. Voilà pour mon petit témoignage d'un dimanche soir, s'il peut vous amuser. Merci en tout cas de faire revivre cet espace

Sophie

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ai connu le réseau en 1974. Mon nom était Alexis et j'habitais dans le centre de Paris. Grâce au téléphone, j'ai rencontré par ce moyen beaucoup de femmes et c'était vraiment super. C'était la bonne époque... Merci pour votre site et les documents de l'époque...

Envoyé par Alex

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, eh oui, je me souviens très bien de cette époque où un petit nombre de personnes s'adonnait à dialoguer en "pirate" sur des lignes téléphoniques dont le message vocal des PTT qui était atténué disait: "le numéro de votre correspondant est ....." et là avec des pseudos nous conversions entre plusieurs personnes à travers la France. Mon pseudo à moi était RATAFIA !. Il me semble que ce mode de communication existait déjà pendant la seconde guerre mondiale et servait aux résistants à communiquer clandestinement ... J'étais à cette époque accidenté de la route âgé de 18 ans, et alité j'étais souvent en ligne et mes parents l'avait même soupçonné. Il y avait même certains réseaux où nous pouvions communiquer à deux uniquement et évidemment c'était la collaboration de certains techniciens des PTT qui permettait cette opportunité ! Quelque années plus tard j'y ai entendu des gens connus comme Jacques Martin lui même!. Ayant informé un ami qui était speaker sur une radio FM de l'existence du "réseau", eh bien ce dernier en a fait une émission à l'époque !! Voilà, j'aurais certainement encore beaucoup de chose à dire et je dois dire que cette chose m'a marqué au point où j'ai par la suite pratiqué la radiocommunication que je pratique toujours d'ailleurs. Voilà, je reste à votre disposition !

PB

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, A Montpellier, aussi, le Réseau existait, et j'en ai été un utilisateur effréné pendant des années, avec à la clé des dizaines de rencontres, mmm, disons épicées... C'était aussi un super-moyen de passer le temps, le soir, quand il n'y avait rien à la télévision, et que je m'ennuyais. J'avais une vingtaine d'années, et comme j'étais timide, aller draguer en boîte n'était pas vraiment ma tasse de thé. Sur le Réseau, on pouvait discuter, déconner, brancher (au sens romantique du terme), et "plus si affinités", selon l'expression consacrée. Et des rencontres, j'en ai fait !

"Stéphane" du Réseau - Montpellier - Années 80

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, J'étais adolescente en ces années-là, et dès que je rentrais du lycée et avais la chance d'être seule chez moi, je me précipitais sur le réseau, découvert un jour par hasard. C'était joyeux, exaltant. Une période ou beaucoup d'élèves (et de postulants) du "Petit Conservatoire de la chanson" de Mireille fréquentaient le réseau, qui a surement aidé beaucoup de gens à rentrer dans le milieu artistique. J'espère que certains s'en souviennent... Trop jeune pour rencontrer mes interlocuteurs de visu (mais à ma voix, on me donnait bien 5 ou 6 ans de plus...et je ne détrompais personne !), tout cela est resté une parenthèse magique, romantique, hors du temps. Mais quelques années plus tard, je suis devenue pionnière de la télématique et de la toute première messagerie française électronique grâce à ça...

"Etoile" - Années 1972 / 1974

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je travaillais au PTT j'ai découvert en testant des lignes... grâce au gitan qui ma expliqué ...38 ans plus tard je suis toujours la, sous le nom de nounours mais l'ambiance a changée il y a plein de haines dommage mais bon on avais des amplis ..cobra ect .. il passait fort ..Le 8249030 on était des dizaines sur 2 faces c'était fabuleux.

Envoyé par django

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour Très contente d'avoir trouvé ce site sur le réseau qui m a rappelé plein de bons souvenirs ! En 1984 avec ma meilleure amie nous avions découvert le réseau . Le soir nous appelions les n° de tel des banques et nous pouvions parler avec plein de personnes, c'était très sympa et surtout j'ai eu la chance de rencontrer mon mari !

Envoyé par Brigitte

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonsoir Merci pour votre page qui m'a rappelé de bons souvenirs, j'habitais Créteil dans les années 70 et travaillais à Suresnes je n'avais qu'une hâte le soir c'était de me brancher sur le réseau mon nom de réseau était Bénédicte et j'ai eu un contact avec Le Scorpion... Que de bons souvenirs !!!!!

Envoyé par Bénédicte

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour Je suis Lionel un ancien du réseau (Il y a eu trois Lionel en tout et j’étais celui de Nogent sur Marne.). J’ai fait mes début dans les années 74 mon premier numéro était je crois « Château » de mémoire. C’est surtout dans les années 77 que j’ai pratiqué le réseau en en permanence jusqu’à sa belle mort. Une des personnes qui avait joué un grand rôle dans la relance des réseaux c’est un journaliste de l’équipe qui était connu sous le pseudo « Neptune ». On ne peut pas oublier les deux phénomènes de la musique avec le sorcier et Jacques le para qui n’était pas mieux. Il y avait à Joinville le Pont un gars qui réseautait avec un ampli comme le tient et je crois qu’il s’agissait d’aigle noir. Je me souviens de certains pseudos tels : le baron et de son épouse anémone. Parmi les pseudos assez marrants : Il y avait le coq de basse cours appel. Tout comme toi j’ai connu énormément de monde avec lesquelles j’ai gardé des souvenirs magnifiques. Voilà c’était juste pour la bonne cause. Amicalement

Envoyé par Jacky

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, je découvre ce matin votre site après plusieurs tentatives infructueuses sur Google. Merci de ce collectage qui est précieux sur quelque chose qui semble être passé aux oubliettes de l'histoire. J'ai tellement entendu parler de ce fameux réseau, notamment par les témoignages qui évoquent les dernières années de la vie du cinéaste Jean Eustache, avant son suicide. Les témoignages audio sont inestimables, vos souvenirs ne le sont pas moins (je m’excuse de ne pas avoir eu le temps de tout parcourir en détail) et d’une manière plus générale, tout ce qui évoque, rappelle les multiples tentatives de réseaux, compilation de données à but collaboratif, bref tout ce qui évoque les prémisses d’internet est absolument passionnant. J’étais un peu trop jeune en 70, mais j’ai commencé à militer dans les radios libres vers 79/80 et je me reconnais dans cet échange éperdu de paroles. Merci encore mille fois.

Envoyé par Philippe